OK We use cookies to enhance your visit to our site and to bring you advertisements that might interest you. Read our Privacy and Cookies policies to find out more.

News Belgium (French)

Une dent a été retrouvée sur les restes d'un jeune chasseur mort il y a 14 000 ans et montre des signes de soins dentaires rudimentaires suite à une carie.
0 Comments Nov 21, 2016 | News Belgium (French)

Durant le Paléolithique, les caries se soignaient à coup de silex

Post a comment by Dental Tribune France

BOLOGNE, Italie : Le squelette d’un homme, âgé de 25 ans environ il y a 14.000 ans, découvert en Italie du Nord, continue de livrer ses secrets près de 20 ans après sa découverte. La dernière en date ? L’une de ses dents, à moitié décomposée, aurait été soignée d’une carie… grâce à un silex, un nouveau rebondissement dans notre connaissance de la santé dentaire des hommes du paléolithique.

La carie dentaire liée à la sédentarisation des chasseurs-cueilleurs ?

En 1967 déjà le Dr Docteur Verger-Pratoucy écrivait dans le Bulletin de la Société préhistorique française «il ne nous semble plus possible à notre époque de penser que l'homme du paléolithique avait une denture exempte de carie. » Il s’opposait ainsi à un dogme défendu notamment par d’autres confrères tels que l'odontologiste Vialatel. Ce dernier, dans un chapitre consacré à l'évolution de la carie dentaire depuis la préhistoire, écrivait : « Chez les hommes du Paléolithique européen, la carie dentaire était inconnue». Pour lui comme pour nombres d’anthropologues la carie dentaire apparaît et se développe avec les progrès de la civilisation, notamment avec le développement de l’agriculture au néolothique. Ces modifications des habitudes alimentaires, la consommation de féculents riches en glucides, favorise alors l’apparition de carie dentaire chez les hommes préhistoriques sédentarisés. Ces modifications alimentaires coincident avec des changements du microbiote oral, en particulier l’expansion de Streptococcus mutans un des agents responsable de la carie dentaire. Pourtant un fossile paléolithique présentant des caries dentaires avait été découvert dès 1921 dans une mine de plomb et de zinc à Broken Hill (Zambie). Sur cet homme de Kwabe tel qu’on le nomme maintenant ce qui restait de la denture supérieure, soit 16 dents, était atteint de polycarie. Or ce crane est daté de 125000 à 400000 ans avant notre ère. Cependant les anthropologues estimaient que les quelques rares fossiles du paléolitiques présentant ces lesions ne permettaient pas de remettre en doute la théorie de la sédentarisation. Le Dr Poulain de la Fosse écrivait mêmeen 1959 que ces lésions n’avaient rien à voir avec des caries: « Les caries n'ont pu être décelées avant le Néolithique ..des atteintes post-mortem (acides sécrétés par des vers de terre ou radicelles de végétaux) ont pu occasionner des destructions pouvant être prises pour des caries ». Cette controverse a donc eu la dent dure et n’a trouvé que très récemment une série de rebondissements.

Les hommes du paléolithique avaient déjà des caries et des abcès dentaires

Tout d’abord, selon une étude publiée en 2014 par la revue Proceedings of the National Academy of Science (PNAS), nos ancêtres qui peuplaient la terre il y a 15 000 ans souffraient déjà de caries, d’abcès dentaires, de maux de dents et de mauvaise haleine (Humphrey et al. 2014). Ces chercheurs ont analysé des squelettes de chasseurs-cueilleurs du paléolithique dans la grotte des Pigeons, près de Taforalt (Maroc) « La majorité des occupants de cette grotte avait des caries et des abcès dentaires, et ils devaient souvent avoir mal aux dents et mauvaise haleine, » affirme le docteur Isabelle de Groote, professeur d'anthropologie à l'université John Moores de Liverpool, en Grande-Bretagne, et co-auteur de l'étude.

Une alimentation riche en glucides

Pourtant les squelettes de la grotte des Pigeons datent d'une période qui précède la révolution agricole du néolithique. Les chasseurs-cueilleurs qui ont été analysés se nourrissaient de glands, de pignons de pin et de fruits à coque. Contenant des glucides, ces aliments seraient donc favorables à l'apparition de caries indépendamment de tout développement de l’agriculture. Cette étude remet également en question la faible sédentarité de cette population préhistorique, car pour se propager, ce type d'infection nécessite une certaine promiscuité. Enfin, une mauvaise hygiène dentaire expliquerait en partie la forte mortalité des populations de l'époque car elle serait liée à des problèmes de santé systématiques, comme des maladies cardiovasculaires, estiment les chercheurs.

Premier dentiste de l’humanité ?

Une équipe de paléoanthropologues vient de rendre public un article publiée dans le numéro de juillet de la revue Scientific Reports, portant sur la molaire d’un individu qui foulait cette planète il y a 14.000 ans et qui, visiblement, souffrait d’une carie (Oxilia et al.2015). Chose intéressante les analyses montrent que des incisions dans la dent sont le fruit d’une pierre pointue. Quelqu’un, à l’époque, a visiblement tenté de soulager l’homme d’une carie en usant d’un silex. Anecdotique ? Pas tant que ça. Il s’agit tout simplement du plus ancien exemple de chirurgie dentaire au monde.

Intervention à la dure

Stefano Benazzi, l’un des auteurs de l’article, précise « L’endroit infecté a été ôté de l’intérieur de la dent avec un outil pointu en pierre. Cela montre que les humains du Paléolithique supérieur connaissaient les effets nocifs des caries et savaient s’en débarrasser… ». Pour le premier plombage, par contre, il faudra attendre 7.000 ans plus tard. Sous forme de cire d’abeille, celui-ci apparaît dans une dent retrouvée en Slovénie. Benazzi et ses collègues pensent que cette façon de traiter les caries en grattant les dents vient de l'habitude des hommes du Paléolithique d'utiliser des cure-dents. Les archéologues ont en effet retrouvé de nombreux cure-dents en os ou en bois datant de cette époque. Les chercheurs ont noté que l’email était partiellement poli par l’usure indiquant que le traitement de la carie avaient eu lieu de nombreuses années avant la mort de l’individu. Le Dr Perisiani, co-auteur de l’étude, souligne que cette découverte met en lumière un moment clé de la chirurgie dentaire « Cela montre que les humains ont pu combiner dextérité, capacités créatives et maitrise technique pour réussir à produire et utiliser un outil de médecine dentaire bien avant le néolithique ».
Ces travaux récents donnent aussi de nombreux indices sur l'alimentation et le mode de vie de nos ancêtres du paléolithique. Ils remettent en cause les théories affirmant que les caries sont apparues avec le début de l'agriculture. Ces caries indiquent une alimentation riche en féculent, il semble donc qu’à cette période, les humains avaient commencé à manger des céréales, même avant l'introduction de pratiques agricoles. De plus, ils avaient développé un art dentaire pour tenter de traiter les effets indésirables de cette mutation alimentaire.

Le Dr Granat, spécialiste en odontologie préhistorique au Muséum d’Histoire Naturelle l’affirme avec raison « Les dents sont sans aucun doute des témoins privilégiés de l'évolution humaine et la connaissance de la préhistoire et de la protohistoire de l'odontologie devient une nécessité ».

Références
Humphrey LT, De Groote I, Morales J, Barton N, Collcutt S, Bronk Ramsey C,Bouzouggar A. Earliest evidence for caries and exploitation of starchy plant foods in Pleistocene hunter-gatherers from Morocco. Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Jan 21;111(3):954-9. doi: 10.1073/pnas.1318176111.
Oxilia G, Peresani M, Romandini M, Matteucci C, Spiteri CD, Henry AG, Schulz D, Archer W, Crezzini J, Boschin F, Boscato P, Jaouen K, Dogandzic T, Broglio A, Moggi-Cecchi J, Fiorenza L, Hublin JJ, Kullmer O, Benazzi S. Earliest evidence of dental caries manipulation in the Late Upper Palaeolithic. Sci Rep. 2015 Jul 16;5:12150. doi: 10.1038/srep12150.
Poulain de la Fosse : « Lésions dentaires aux époques préhistoriques, Infor, dent. 21-5-1959, p. 603/609.
Verger-Pratoucy. La carie dentaire existait-elle chez l'homme du Paléolithique ?. In: Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles. 1967, tome 64, N. 3. pp. 91-95.
doi : 10.3406/bspf.1967.8950
Vialatel : Carie dentaire. « Etiologie » ; Encyclo. Médic. Chirur.
4, 1966, 22020 A 10.

Post a comment Print  |  Send to a friend
0 Comments
Join the Discussion
All comments are subject to approval before appearing. Submit Comment