OK We use cookies to enhance your visit to our site and to bring you advertisements that might interest you. Read our Privacy and Cookies policies to find out more.

News Belgium (French)

Article paru dans le journal Dental Tribune France N°1 / 2017
Mar 14, 2017 | News Belgium (French)

LED, Toxicité du bleu, D65 : le piège de la chromaticité à 6 500 K et la publicité trompeuse

by Dental Tribune France

PARIS, France : Les dentistes travaillent sous un éclairage artificiel puissant (scialytique et plafonnier) dont les effets physio-biologiques sur les yeux et les biorythmes peuvent être délétères. La technologie des LED « à lumière froide » multiplie les risques. Cet état de fait alarme les autorités et les instances normatives. La plupart des LED froides présentent en effet une pointe de bleu HEV toxique dans leur spectre.

En raison de la nature intrinsèque du spectre de la LED froide, le critère D65 devient un critère distinctif sensible. D65, c’est l’abréviation de la définition normative de la lumière du jour, dont le nom complet est « Illuminant normatif D65 de la CIE ». Il est utilisé par toutes les instances normatives sans exception. La conformité au D65 s’apprécie par le respect de 2 critères complémentaires et indissociables :

– le respect du domaine de chromaticité, c’est à dire une température de couleur proche de 6 500 K

– le respect de la répartition spectrale, c’est-à-dire qu’il faut que la proportion de toutes les couleurs du spectre soit similaire à celle de la lumière du jour naturelle. Ce critère est fondamental : s’il n’est pas rempli, c’est la porte ouverte à une forte pointe de bleu et à l’altération de la vision des couleurs.

De nombreux fabricants trouvent commode de s’arroger l’argument D65 en présentant la conformité au seul premier critère de « chromaticité » … qui est rempli par la plus basique des dalles LED à 6 500 K !

La réalité est toute autre : les appareils présentant ce seul critère de chromaticité ne sont pas conformes au D65 et présentent une forte pointe de bleu toxique. Hormis une solution spectralement identique au D65, mieux vaut alors choisir des LED à température de couleur inférieure à 5 000 K, car alors la toxicité du bleu HEV est écartée.

Si vous envisagez de vous équiper d’un luminaire qui vous permette de réaliser, en toute sécurité, vos prises de couleur au fauteuil ainsi que toute la dentisterie esthétique en vraie lumière du jour, il est incontournable de faire un choix avisé entre les produits offerts sur le marché. Afin d’éviter toute déconvenue amère, éliminez tous les éclairages à LED 6 500 K sans certification officielle, ainsi que ceux ne disposant que de la conformité au seul « domaine de chromaticité » du D65.

La vraie conformité, complète, d’un éclairage à l’illuminant D65 est une garantie pour la santé (yeux, biorythmes) et pour la réussite des choix de couleur et de maquillage.

Un dentiste averti en vaut deux.

Jean-Marc KUBLER, expert international ISO/ AFNOR pour l’éclairage dentaire.

Note de la rédaction : article paru dans le journal Dental Tribune France N°1/2017

Print  |  Send to a friend