OK We use cookies to enhance your visit to our site and to bring you advertisements that might interest you. Read our Privacy and Cookies policies to find out more.

News France

Une réunion regroupant les représentants de la profession dentaire se sont rencontrés le 15 janvier au siège du Comident. (Photo : Unecd)
0 Comments Feb 1, 2016 | News France

Les représentants de la profession dentaire en ordre de bataille face au CLESI

Post a comment by Bénédicte Claudepierre, DTI

PARIS, France : À l’initiative de l’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD), une réunion rassemblant les principaux représentants de la profession dentaire a eu lieu le 15 janvier 2016 dans les locaux du Comident. L’objectif de cette rencontre était double. Il s’agissait d’harmoniser les connaissances sur le sujet du Centre libre d’enseignement supérieur international (CLESI) dans les différentes procédures juridiques qui sont actuellement en cours et établir une stratégie commune.

Malgré une plainte des 3 syndicats dentaires et du ministère de l’enseignement supérieur contre l’existence du CLESI, les deux établissements dépendants de ce centre restent ouverts depuis 2012 à Toulon et 2013 à Béziers. Et le dossier s’enlise. L’UNECD a réuni le 15 janvier dernier les principaux acteurs du monde dentaire afin d’établir un consensus entre les différents organismes.

Des représentants de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes (ONCD), des trois principaux syndicats dentaires (la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), la Fédération des syndicats dentaires libéraux (FSDL), l’Union des jeunes chirurgiens-dentistes (UJCD)) ainsi que de l’European dental students association (EDSA) et de l’UNECD étaient présents. Cette rencontre s’est déroulée dans les locaux du Comident, association professionnelle regroupant plus de 140 industriels du domaine de l’odontologie et qui par cet accueil a attesté de son soutien.

Pour Geoffrey Migliardi, président de l’UNECD : « Le débat n’est pas de juger si on est pour ou contre une école privée. L’UNECD ne s’est pas positionnée par rapport à cette question. Mais nous sommes tous contre cette entreprise, et j’aime ce terme d’entreprise concernant le CLESI. Ce centre délivre des pseudo-formations, qui trompent les étudiants. Nous avons envie de faire savoir que cette école ne vaut pas grand-chose afin d’éviter à d’autres personnes d’être lésées. »

L’étau se resserre, les évènements se succèdent. Dès les premiers jours de janvier, le secrétaire d’état en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche avait adressé une réponse à la lettre ouverte de l’UNECD. Dans sa réponse, il atteste entre autre de l’illégalité de l'entreprise CLESI.

L’UNECD est fière d’avoir réussi à regrouper ces acteurs pour avancer face à la problématique du CLESI mais ne cessera son combat que lorsque le centre aura définitivement fermé ses portes.

Post a comment Print  |  Send to a friend
0 Comments
Join the Discussion
All comments are subject to approval before appearing. Submit Comment