OK We use cookies to enhance your visit to our site and to bring you advertisements that might interest you. Read our Privacy and Cookies policies to find out more.

News France

En Suède, les adultes prennent en charge une grande partie des soins dentaires à partir de leurs 20 ans, avec une aide financière de l’État suédois. Pour obtenir cette aide, il faut faire appel à un dentiste ou hygiéniste dentaire affilié à la Försäkringskassan. Toute personne de plus de 20 ans reçoit une allocation pour soins dentaires de 150 (15,6 euros) ou de 300 SEK par an. Il est possible de cumuler cette allocation pendant deux ans et de l’utiliser en une fois, mais il n’est pas possible de cumuler plus de deux allocations annuelles à la fois. Il existe aussi une protection contre les coûts de soins élevés par laquelle l’État prend en charge une partie des frais de soins dentaires dépassant 3.000 SEK par an. Le patient prend toujours en charge la première tranche de 3.000 SEK. (Photo : racorn/Shutterstock)
0 Comments Feb 27, 2017 | News France

En Suède, le gouvernement souhaite un comparateur de prix pour le secteur dentaire

Post a comment by Dental Tribune International

STOCKHOLM, Suède : Afin de faciliter la comparaison des offres des fournisseurs médicaux et de rendre les tarifs des soins dentaires plus transparents pour les patients, le gouvernement suédois a chargé l’Agence de prestations pharmaceutiques de développer un service comparatif en ligne, opérationnel en 2018. Selon un récent sondage, la communauté dentaire n’est pas convaincue par ce projet.

L'agence de prestations pharmaceutiques développe actuellement cet outil en ligne en collaboration avec l'Agence d'assurance sociale (Social Insurance Agency), le service dentaire public (Public Dental Service), des dentistes privés et l'Association suédoise des collectivités locales et des régions. Selon le ministre suédois de la Santé Gabriel Wikström, le service devrait renforcer la position du patient et faciliter la comparaison des dentistes et des cliniques. Pour ce projet lancé en décembre 2016, le gouvernement envisage d'allouer 3,3 millions de couronnes (346 854 euros) en 2017 et 838 000 couronnes suédoises (91 968 euros) en 2018.

En Suède, ce n’est pas la première tentative de mettre en œuvre un tel service. Des initiatives similaires en 2007 et 2012 n’ont pas obtenu de résultats escomptés. Plus récemment, un comparateur de prix lancé en 2012, fournissant des tarifs sur la base du volontariat, a été abandonné en février 2016, essentiellement en raison de certaines cliniques dentaires privées qui affichaient les tarifs des procédures de soins dentaires.

En dehors des problèmes de comparabilité, de précision et de collecte de données, ce comparateur de prix mis au point par le secteur public serait accueilli par la communauté dentaire de manière partagée. Selon une enquête, datée décembre 2016 et menée par la société Praktikertjänst, fournisseur privé de santé et de soins dentaires, sur un panel de 396 dentistes issus du secteur privé, 34 % ont une attitude positive envers ce service, 44 % se sont montrés neutres et 21 % ont désapprouvé ce projet.

Parmi les préoccupations soulevées, les chirurgiens-dentistes ont mentionné le fait que les comparateurs de prix pourraient induire en erreur les patients. En effet, les tarifs ne peuvent pas toujours être conformes à la réalité et prendre en compte les coûts supplémentaires. Par ailleurs, certains participants ont fait part de leur crainte de baisse de qualité si ce service apparaissait. En effet, l’affichage des tarifs à l’écran ne prend pas en compte la qualité du traitement clinique qui pourrait alors devenir moins importante.

Post a comment Print  |  Send to a friend
0 Comments
Join the Discussion
All comments are subject to approval before appearing. Submit Comment